5 utilisations pour le robot de surveillance de demain


Uncategorized / mardi, mai 1st, 2018

Les robots sont essentiellement un hommage aux merveilles de la technologie. Les modèles les plus avancés utilisent un traitement informatique rapide, des caméras haute définition, l’intelligence artificielle et des capteurs à longue portée, ce qui vous donne une assez bonne idée de l’orientation de la technologie. D’une certaine manière, un robot donne même un aperçu de la voiture du futur et des progrès futurs de l’informatique.

Les composants d’un robot sont tous logés sur une machine intelligente qui se connecte à un serveur par l’intermédiaire d’un réseau à grande vitesse. Lorsqu’il est déployé, un robot doit être conçu pour agir de manière autonome. Toute faille dans la programmation entraîne de graves répercussions.

Knightscope est une startup de la Silicon Valley travaillant sur le robot de surveillance K5. Destiné à aider les forces de police dans les zones urbaines, dans les centres commerciaux ou sur le parking de Google, le robot est l’un des meilleurs exemples de la façon dont les assistants autonomes peuvent augmenter les efforts du personnel de sécurité humaine. Stacy Stephens, cofondatrice de Knightscope, donne un aperçu de son fonctionnement et de la façon dont il pourrait être utilisé.

Les robots peuvent protéger une zone désignée

Le K5 ressemble un peu au Robby the Robot de Forbidden Planet. Tous deux ont une tête conique et sont à peu près aussi grands qu’un humain. (Le K5 mesure 5 pieds de haut ; Robby le Robot fait 7 pieds de haut.) L’allure imposante est de conception. Le K5 est destiné à être la partie la plus critique de ce que Stephens appelle le ” recours à la force continuum “, c’est-à-dire une présence dominante.

Pour rester à l’intérieur d’une zone, le personnel de sécurité utilise un logiciel de cartographie pour créer un périmètre géographiquement délimité. Le K5 se déplace ensuite de manière autonome (jusqu’à 3 miles par heure) et détecte les objets à l’aide de deux capteurs LIDAR (Light Detection and Ranging) qui émettent un laser à 270 degrés toutes les 25 millisecondes autour du robot. Le K5 crée un nuage de points, tel qu’une image 3D de l’environnement montrant les objets à l’intérieur de la zone géo-clôturée.

Contrairement au GPS de votre smartphone, qui trouve des emplacements à quelques mètres de vous, le K5 utilise un GPS différentiel qui trouve des objets à quelques centimètres près. Cela aide le robot à savoir exactement où il se déplace à tout moment. Il y a aussi un capteur à ultrasons pour détecter les objets proches du robot et un capteur d’odométrie de roue pour suivre le mouvement de ses roues.

Les robots peuvent surveiller le terrain

Si une entreprise déploie le robot K5 dans un parking, l’une des fonctions principales est l’enregistrement des activités suspectes. Pour vous aider, quatre caméras vidéo HD peuvent surveiller et enregistrer dans un cercle de 360 degrés autour du robot. Le K5 ne se contente pas d’enregistrer sans réfléchir. S’il y a un déclencheur, comme un mouvement inhabituel ou soudain, le K5 enregistrera un clip vidéo, l’estampillera avec les coordonnées GPS et alertera les gardes de sécurité.

Le K5 peut scanner 300 plaques d’immatriculation par minute. Dans le Knightscope Security Operations Center, les agents de sécurité ou les forces de police reçoivent une alerte immédiate si le K5 détecte une licence pour un criminel connu. Ils peuvent même inspecter la façon dont le système de reconnaissance optique de caractères des robots a identifié la plaque, en s’assurant qu’il y a une correspondance. Comme le K5 peut fonctionner sur une période de 24 heures, les capteurs infrarouges et thermiques détectent les objets la nuit.

Le K5 n’est pas seulement pour la surveillance : Si quelqu’un s’approche du robot dans un parking, il ou elle peut appuyer sur un bouton pour parler à un agent de sécurité humaine. (Il n’y a pas de système de chat vidéo bidirectionnel, mais cela pourrait être ajouté à une version ultérieure.

Les robots peuvent écouter le bavardage sur les médias sociaux

Une caractéristique intéressante du K5 est la possibilité de comparer les événements en temps réel détectés avec les caméras vidéo et les détecteurs de mouvement avec le chatter des médias sociaux. M. Stephens explique que l’ajout de cette fonction a été motivé par les attentats à la bombe du marathon de Boston, lorsque les citoyens se sont tournés vers les médias sociaux pour aider les forces de l’ordre à suivre les suspects. Le K5 peut “écouter” les hashtags, les mots-clés et autres informations et les comparer aux objets et flux vidéo à proximité dans une zone donnée.

Par exemple, si le K5 patrouille un parking tard dans la nuit et détecte une voiture en mouvement, le robot peut rechercher sur Twitter les rapports d’une voiture volée. Le robot peut même détecter la plaque d’immatriculation et rechercher des criminels connus. La surveillance des médias sociaux peut être limitée à un endroit spécifique, puisque de nombreux messages Twitter incluent des données de géolocalisation.

Les robots peuvent penser par eux-mêmes

Le Knightscope est un bon exemple de la façon dont l’intelligence artificielle progresse. Stephens dit que le robot peut apprendre avec le temps. Dans un stationnement, le K5 peut détecter les mouvements normaux à certains moments de la journée, par exemple à 17 h lorsque les gens quittent le travail, puis déterminer que le mouvement à 3 h du matin semble suspect. Le K5 connaît également les mouvements des humains marchant vers une voiture ou transportant des colis, mais peut détecter quand quelqu’un s’accroupit à côté d’une porte passager.

Le K5 peut également écouter les indices audio. Les sons normaux tout au long de la journée se situent dans une certaine fourchette de 80 à 90 décibels ; si les sons atteignent soudainement plus de 100dB, le K5 alerterait les agents de sécurité d’un éventuel coup de feu ou d’une explosion. L’imagerie thermique aide aussi : Le robot peut apprendre qu’il y avait un bruit fort suivi d’un éblouissement lumineux provenant d’une explosion, ou des caméras infrarouges peuvent détecter un mouvement dans une zone d’une structure de stationnement qui n’a jamais montré de mouvement auparavant.

Les robots peuvent se protéger eux-mêmes

Le fait qu’un robot patrouille dans un stationnement peut dissuader les intrus. Mais que faire si les criminels essaient de trafiquer le K5 ? M. Stephens indique que le robot est équipé de capteurs de sécurité pour éviter les collisions. Si quelqu’un s’approche du robot, le K5 s’arrêtera d’abord et se déplacera ensuite autour de cette personne. Si la personne continue d’essayer d’affronter le robot, il émet un léger carillon d’avertissement et des lumières clignotantes.

Si quelqu’un essaie toujours de manipuler le robot, il peut continuer à s’éloigner et alerter les gardes de sécurité ou la police. Cependant, si quelqu’un essaie de pousser le robot ou de retirer une caméra, le K5 peut émettre une alarme perçante pour immobiliser une personne déterminée à causer des dommages. Dans la plupart des cas, lorsque quelqu’un s’approche du robot, le K5 a déjà signalé l’activité suspecte et alerté la police ou la sécurité du campus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *